Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
blog sur la pêche sportive aux leurres !
Ya ka manier...
La pêche aux leurres du Sandre en Seine
Publié par : Salmo
La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture

Bonjour,

Suite à plusieurs demandes, et pour enfoncer le clou auprès de quelques sceptiques qui hésitent à franchir le pas, voici un petit récapitulatif de mon approche TOC au LS.

Je ne jette pas la pierre aux quelques réticents qui n'arrivent pas à franchir le pas. J'ai moi même mis un certain temps à me décider et à laisser le plastique prendre part à de plus en plus importante dans mes escapades 'truitesques'.

J'accordais, à tort, peu de crédit à ces petits LS que je trimballais à chaque sortie sans jamais oser les sortir et les substituer à une détonante "petite bête" qui était une bonne assurance à l'anti-douille.
Je testais quelques courts moments, de plus en plus régulièrement, jusqu'à ce que je prenne la première, puis la seconde, puis une troisième...

J'ai rédigé quelques articles sur le Blog à ce sujet, mais voici une compilation qui reprend l’ensemble et aborde la prospection pour aider les débutants.

ATTENTION : Ce n’est pas parole d'Evangile, et je n'ai pas la prétention de vouloir passer pour un cador de la technique !
J’essaie juste de partager mon évolution de 25ans de Toc vers un Toc ‘dépoussiéré’, d'expliquer que cette technique caricaturée et vieillissante peut s'adapter aux leurres souples pour proposer de nouvelles perspectives.
Les AS des AS c'est bon pour les revues halieutiques.

Vous ne verrez pas non plus de gros poissons, ce qui me désole un peu parfois, mais s'estompe rapidement quand remonte à la surface une belle 'dormeuse' sauvage noir ébène.

Donc....

L'ouverture approche et on va encore avoir le traditionnel encart de 3minutes dans le JT :-). Ces 3minutes incontournables avec Bébert, levé à 5h du mat, pour aller affronter un froid glacial qui lui vaudra une douille assurée et calmera rapidement ses ardeurs. Bien souvent Bébert attaque à la teigne ou au vers, motivé comme jamais, et prêt à accuser le coup d'une contre-performance ! Une escapade qui le fera déjà douter à midi d'avoir pris sa carte pour une demi-journée de pêche - jurant à tous ces congénère, qu'il croisera tous les 15m, qu'il ne reviendra plus jamais de sa vie faire le con dans l'eau par 3 degrés !
Rassurez-vous, Bébert on ne le reverra plus de l'année... jugé, raillé ou brimé par maman dans l'obligation de décongeler en deux-deux 4 côtelettes pour les enfant qui viennent déjeuner.
Mais il s'en fout Bébert, il est rôdé, un peu comme sa pêche d'ailleurs, et l'an prochain ce sera sans doute la même... sauf s'il arrive à se convaincre qu'il perd son temps par se froid ou qui décide à son tour de dépoussiérer sa technique ancestrale transmise par son père, qui la tenait lui-même de son père, lui-même...vous aurez compris a suite.

Voilà l'image renvoyée par le JT pour l'encart 'ouverture de la truite', c'est tout de même pas folichon...


Alors Béber si tu veux dépoussiérer ton traditionnel TOC, passe au TOC/LS :p
fin de l'intro :-)

 


--------------
Le matériel
-------------
La canne ! (canne légère dédiée appâts naturel, mais on peut aussi utiliser sa traditionnelle télescopique de 5m qui reste cependant moins confortable)
Chacun adaptera à ses conditions de pêches et son secteur mais pour ma part j'ai opté depuis longtemps pour une canne moyennement longue (minimum 3.60m, 3.90m ayant largement ma préférence).

Plus la canne est longue moins la ligne a d'angle, ce qui facilite le contrôle de la dérive ! surtout dans les rivières moyennes cela permet de mieux accompagner le leurre et ainsi plus facilement pouvoir estimer à quelle profondeur il évolue.
Avec une traditionnelle télescopique, pour chercherez plutôt une pêche sous la canne. Ca reste aussi très efficace, surtout en début de saison où les poissons sont moins actifs et très localisés. Cela permettra de  cibler la prospection sur des coups bien marqués.

Une UL fera aussi le job, sous réserve qu’elle ne fasse pas 1.80m pour les raisons évoquées juste avant.

J'utilise donc 3 cannes, 2 Sempé (Driva & River 3.90m) et une Delacoste (Natura Loxus 3.60m). Toutes d'action progressive. La Driva étant la plus puissante des 3, la Delacoste étant elle la plus agréable mais aussi de loin la plus fragile. Le choix de la canne dépendra directement de la zone prospectée (puissance des courants, niveau d’eau) et des grammages utilisés.
 

La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture
La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture
La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture

Le moulinet !
Pas besoin de moulinet spécifique bien sûr, tous les moulins dédiés TOC font l'affaire - et un bon spinning en 1000 ou 2000 (max) peut  remplir la mission.
Le choix dépendra bien sûr de plusieurs facteurs : besoin de lancer pour attendre des postes éloignés, longueur des dérives, taille des poissons du secteur, poids de la canne...

Donc si besoin de lancer loin ou poissons puissants, et si vous aimez un certain confort, alors optez pour un petit spinning car il y a un petit apprentissage qui demande pas mal d'entrainement pour aller déposer un leurre à bonne distance avec un moulinet toc classique.

Quoi qu'il en soit classique ou spinning, pas question de dénaturer la technique, on pêche avec le fil entre les doigts :-)

Personnellement je ne suis pas fan des spinning au TOC. La raison est simple, je suis 15 fois plus rapide pour dévider ou récupérer la ligne avec un semi-automatique !
De plus j'accroche toutes les 3 minutes la poignée,  bref je préfère le 'tout en ligne'.

Et on s'en sort bien avec une truite de 45up dans un fort bouillon, sans manivelle, juste avec le fil entre les doigts :-) [bon j'avoue ça pique un peu après mais quel pied]. La sensation est bien différente avec un moulinet spinning :-(

J'ai essayé de nombreux moulinets toc et j'ai péché de nombreuses années avec des Peerless Bam (quasi tous les modèles).

J'ai toujours été très satisfait de ces moulins et de leur mécanique rudimentaire et fiable... sans parler des pièces détachées disponibles etc etc...

Il y a environ 10ans j'ai décidé de passer à des cannes plus courtes, plus légères, et donc d'allonger la bannière pour pêcher de plus larges rivières tout aussi efficacement.

J'ai donc été 'obligé', de passer à un moulin semi-automatique pour faciliter la récupération de la bannière. C'est un IMMMENSE confort car on dévide/récupère quelques kilomètre de fil en une sortie :-)

J'ai opté pour un moulinet semi-automatique mouche, une référence, un Vivarelli que j'ai donc un peu customisé pour avoir un outil vraiment dédié toc.
Acheté en ligne dans une boutique d'Andorre, une belle affaire !

Vivarelli version customisée, les adaptations :
Pour éviter de trop jouer de la gâchette et devoir sans cesse dévider ou récupérer du fil, il est important de réduire le diamètre interne de la bobine.
On peut le faire avec du liège ou plus simplement avec de la mousse.
Dans mon cas, j'ai découpé une bande de mousse* que j'ai enroulée autour de l'axe central de la bobine. J'ai donc considérablement augmenté le diamètre de cette dernière, ce qui permet à moindre effort de libérer une belle longueur de fil ;-) [faut s'économiser à la pêche lol]
J'ai aussi ajouté un élément essentiel.. un guide fil !
Ce guide fil permet d'éviter que le fil ne se retrouve coincé entre deux pièces du moulinet, ou passe derrière la bobine et viennent mettre la pagaille dans le mécanisme.
J'ai utilisé une pièce d'origine (guide fil du Ritm 80) , que j'ai acheté en pièce détachée directement aupres de peerless bam.
J'ai vu certaines adaptations avec une poignée ajoutée sur la face avant. Sans doute utile lors du combat mais perso, je m'en passe, je préfère conserver le fil entre les doigts quand le poisson est au bout de la ligne :-)
J'ai une deuxième bobine que j'ai préparée différemment.
J'ai réduit le diamètre interne de la bobine en enroulant du liège, et j'ai habillé les deux parois à l'aide de liège. Ces deux parois permettent de préserver le fil et de rendre quasi impossible son passage dans le mécanisme derrière la bobine.
Cette bobine est garnie, devinez de quoi ?.... ben de Justron bien sûr ;-) (un nylon ali évoqué de nombreuses fois sur le blog)
>> Pas la peine de me demander Ali propose des moulinets toc... il n'y a pas grand-chose d’interessant jusqu’à ce jour mais soyez en sûrs je surveille !
On peut aussi adopter le cadre en guide de moulinet mais je suis encore un piètre utilisateur...

La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture
La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture
La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture
L'alternative...le cadre ! Rudimentaire mais sensations garanties...

L'alternative...le cadre ! Rudimentaire mais sensations garanties...

Les leurres souples !
Pas la peine d’emporter 26 boites et 476 références !
Du shad bien sûr, des imitations d’insectes, des finess et quelques vers et vous aurez fait le tour.
Pour les coloris la règle reste la même que celle que l’on s’auto-applique ailleurs. Des teintes plutôt discrètes par eau claires et les plus flashy par eau trouble.
Personnellement je n’utilise quasiment que des coloris naturels, ma seule exception le blanc !
Pour les tailles, on a tendance – et moi le premier – à pêcher trop petit surtout sur les secteurs où les populations restent de taille modeste. Je pense de plus en plus que c’est une erreur !  Surtout pour un shad qu’une belle ne manquera pas de châtier si ce dernier reste trop longtemps dans le périmètre. Territorialité oblige !
Je ne vais pas énumérer les leurres que j’utilise, je vous laisse les découvrir dans la vidéo ci-dessous.

Tous sont référencés dans l’AliCheck ( histoire de suivre l’évolution des tarifs et d’acheter au bon moment ).

Vous retrouvez les leurres souples pour la truite dans la sélection Pico92 disponible ici

Pas encore testé celui-ci mais cette année il sera dans ma boite !!!!!!

Pas encore testé celui-ci mais cette année il sera dans ma boite !!!!!!

La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture
La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture
La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture
Walk fish, indisponible en ce moment, mais il devrait revenir je pense... en tous les cas EXTRA

Walk fish, indisponible en ce moment, mais il devrait revenir je pense... en tous les cas EXTRA

Montage et  prospection !
Pour ma part la plage de grammage TP, ou plombée répartie sur la ligne (selon les parcours prospectés mais de plus en plus délaissée), atteint très rarement les 3gr car l’objectif reste de conserver une évolution naturelle du leurre dans l’eau. Le courant doit prendre le contrôle sur l’animation du leurre exactement comme il le ferait sur un appât naturel.
J’essaie donc d’adopter  une approche du LS imitatif (pour tout ce qui est vers, insectes, larves) ou  provocateur/intrusif comme avec des petits shad ou finess en jouant sur la territorialité qui déclenche l’attaque.
Le Montage :
Corps de ligne : du nylon ! 18/100 du Justron   Plus fin à résistance équivalente que le fluoro et plus souple, son élasticité n’est pas un handicap et même bien au contraire si vous pêchez avec une trique :-)
Je ne vous donnerai d’indication sur l’utilisation de la tresse, je n’ai pas assez de recul sur son utilisation dans ce cadre mais je pense qu’elle remplit parfaitement ce que l’on peut en attendre. Cette année je l’adopterai peut-être, en tous les cas je testerai plus régulièrement.
Bas de ligne : 14 ou 12/100 du Justron encore, relié au corps de ligne avec un micro émerillon.
L’indispensable : Un petit guide fil, type rigoletto pour avoir un point de repère de la ligne lors de la dérive. Ou mieux, plus pratique (résistance au vent quasi nulle), facilement repositionnable, et d’un coût de fabrication dérisoire…. Un indicateur maison taillé dans un port de yaourt et percé aux extrémités :-)
Hameçon & Plombée : des TP 0.5 à 2gr, ou 3gr pour les secteurs les plus puissants des petits cours d’eau (ruisseaux à moyennes rivières)

Vous retrouvez le Justron et les TP pour la truite dans la sélection Pico92 disponible ici

La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture

La Prospection :
M. Barbellion ou M. Duborgel, je ne sais plus, écrivait : "Cherchez le plus courant du moins courant, le moins courant du plus courant, le plus profond du moins profond et le moins profond du plus profond"... et vous la trouverez !"
Vu comme cela nous voilà bien avancés :-).


Mon approche du TOC/LS sur une configuration très petit, petit ou moyen cours d'eau.

Cette technique peut être pratiquée de Mars à la Fermeture sur des truites plus ou moins actives.

Une bonne lecture de la rivière s’impose avant toute chose dès qu’on arrive sur un secteur. C’est même essentiel !. Se poser 5 minutes sur un rocher, profiter de ce moment pour repérer les premiers coups, le niveau d’eau, sa teinte… c’est du temps de gagner pour trouver la bonne combinaison !

Mais attention, la combinaison d’un secteur n’est pas assurément la combinaison du jour. Certaines associations (tp/ls/couleurs) sont plus ‘pêchantes’ sur certains tronçons d’une rivière alors que ce n’est pas forcément le cas sur d’autres tronçons de cette même rivière. C’est un remise en cause perpétuelle dès lors de la progression on ne retrouve pas les poissons où on pourrait parier qu’ils sont


Et c’est sans parler que chaque rivière à ses propres spécificités et ses habitants leurs propres habitudes


Voilà vous êtes maintenant bien renseignés lol

La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture
La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture

Si on ne peut pas répondre de façon précise et stéréotypée sur les comportements des farios, il y a tout de même quelques notions de base qu’il convient de connaître si on veut avoir quelques armes pour trouver la bonne solution le jour J !
Il ne faut pas se leurrer la période la plus difficile reste le début de saison.
Principalement pour une question de température d’eau qui limite fortement l’activité des poissons semi léthargiques.
Pas la peine donc de s’exciter dans tous les sens, de sauter de cailloux en cailloux, en prospectant à la vitesse de l’éclair sous la pellicule d’eau… c’est la meilleure assurance de rentrer comme Bébert !
Plus que jamais adapter sa plombée pour évoluer au plus profond des ‘fins de courants / fins de veines d’eau’, très très lentement.
Pas la peine de s’attarder en plein jus, vous y perdrez votre temps. Pas la peine non plus d’insister trop longtemps dans les zones où l’eau est trop fortement brassée.
Amorti et contre courants formés pas des rochers de tête de courants sont des postes à prospecter en début de saison…et même TOUTE la saison !
Les racines léchées par des courants réduits sont aussi des zones de 1er choix, et ce TOUTE la saison.
Pour arriver à s’en sortir sur le début de saison il sera impératif de choisir au mieux le secteur à prospecter et surtout l’heure à laquelle le prospecter !
Préférez les portions de rivières les plus ensoleillées, et ou le niveau d’eau est le moins important. On oublie donc les gorges et autres secteurs boisés très encaissés !
En prospectant lentement aux heures les plus chaudes de la journée c’est déjà pêcher au meilleur endroit au meilleur moment :-).
Notez bien que les truites seront peu actives, quelques rares moments 10/20minutes, au plus chaud de la journée, rien de plus.

Reste maintenant à savoir avec quoi…
Là c’est le milieu où vous évoluez, le niveau d’eau et surtout la couleur de flotte qui va vous aider dans les premiers choix.
La règle générale peut s’appliquer : leurres couleurs vives / eaux troubles, leurres coloris naturels / eaux claires.
Les petits shad ont un intérêt majeur, ainsi que les vers et larves type teigne. Attention à la touche souvent timide sur les larves mais bien énervée sur les shads.
LS ou appâts naturels la prospection reste assez identiques,  contact permanent, contrôle de la dérive (secteur balayé, profondeur) - bannière tendue c'est essentiel.

Quand les eaux se réchaufferont (Avril/Mai), le développement larvaire commencera à s’opérer en ouvrant l’appétit de belles, elles commenceront à progressivement se dégourdir et il sera alors  temps de sortir la panoplie de leurres durs ! et de continuer avec votre collection de shad et d’étendre les options larves en enrichissant les choix et en montant en taille.
Juin sera une période faste, les truites plein jus et actives sur de belles périodes de la journée. Ce sera le moment de s’appliquer sur des longues dérive et de peigner tous les postes possibles (courants, contre courants, amortis, racines….). Privilégiez tout de même les courants, pour le plaisir d’une touche plein jus souvent puissante et brutale !
 Juillet ou Août, période d’étiage. A ce moment de l’année Bébert ramasse tout le matos, s’en est terminé des truites ! Il a bien raison d’arrêter car c’est surtout la meilleure période de l’année – surtout Juillet !!!!
Paradoxalement j'ai, pour ma part toujours réalisé mes plus belles pêches lorsque les poissons n'étaient pas très actifs, en allant les taquiner où ils se planquent ! :-)
Le touches sont souvent très brutales et sans équivoque.
Un ferrage classique du poignet et souvent largement suffisant, mais il doit s'effectuer très rapidement après la touche ;-)
Les truites commencent à de nouveau échelonner leurs sorties. Le matin, le coup de midi, et le soir. Ca permet déjà de faire la sieste et surtout de pêcher moi longtemps et encore plus efficace. C’est toujours l’été que j’ai réalisé mes plus belles sorties.
Les trois moments majeurs permettent de pendre quelques poissons sur les mêmes zones qu’en Juin. Le milieu de matinée et la fin d’après-midi offre de nouvelles perspectives… aller chercher les truites où elles se planquent. C’est l’occasion inespérée de tenter une ‘dormeuse’ noir ébène. Prendre une secousse au ras d’un rocher de tête de courant où on aura pu prendre le bord du courant comme il se doit pour aller faire passer une larve en plastique (montée sur tp 1g / 10/100ème) juste sous la roche creuse qui sert de loge à une belle endormie…c’est vraiment un moment magique et jubilatoire.

La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture

On se dit que cette fois on y est ! on sait à quelle heure pêcher les truites de cette rivière, à cette saison, sous quelles conditions météo – eau, avec quel leurre. On commence à pêcher efficace :-) en maximisant les chances et en se disant qu’avec l’expérience.. la chance prendra une part de moins en moins importante dans la pêche.

Comme je l’ai indiqué plus haut, la clef de la réussite dans la pêche de la fario repose que deux points majeurs : bien connaître ses rivières et les comportements de truites qui y évoluent… toutes les rivières sont différentes et la truite s’y adapte, parfois et même souvent une rivière change et évolue sur quelques kilomètres modifiant en conséquence le comportement des poissons


C’est cette diversité qui fait de la 1ère catégorie un véritable PARADIS !

La truite au leurre souple, dépoussiérez le traditionnel TOC pour l'ouverture

Et pour les fainéants de la lecture...

Partager cet article

Repost0

commentaires

P
bonsoir et merci pour cet article très complet.S'il vous plait , y a t-il une grande différence si on choisit une plombée sur le bas de ligne et le leurre monté sur hameçon nu ?
Répondre
S
Bonsoir Patrice. J'utilise les deux moi mais tout dépend du profil de la rivière sur le secteur que tu prospectes - ruisseaux / dérives courtes à faible distance la présentation est plus efficace en plombée répartie sur le bas de ligne à mon sens - avec des ls type larves tu auras une présentation plus naturelle. On n'est pas systématiquement sur une attaque réflexe de protection du territoire, surtout avec des micro larves donc une présentation naturelle peut être un vrai plus . Si tu vas chercher des veines d'eau assez loin avec des belles dérives de 10-15m, on va souvent pêcher plus profond, dans ce cas là j’opte pour la TP – qui me permet plus facilement d’aller déposer assez loin, et surtout permet une descente rapide avant d’amorcer la dérive. Sur longue distance on a un bonne longueur de bannière dehors, on a moins tendance à ‘casser la ligne’… voilà c’est un avis qui n’engage que moi.
M
Je voulais me mettre au toc, ça me confirme dans mon idée!

Par contre, étant gaucher, j'ai vu que pas mal de modèles semi-auto étaient pour droitier (en plus de la gachette, manivelle à gauche).

Connaissez-vous un modèle que je pourrai utiliser sans changer la canne de main?

Merci,
Micka
Répondre
S
Bonjour Micka,
A ma connaissance il n'y a pas de moulinet inversé :-/. La gamme n'étant déjà pas très riche... Ceci dit sur du semi automatique, et comme je l'utilise, la poignée n'est pas indispensable - pour preuve il n'y en a pas sur mon vivarelli / idem sur mon ritma80. Je pense pas que vous rencontriez de problème à tenir la canne main gauche, et jouer de la gachette avec cette même main
C
Ah j'aime bien, même si je ne suis qu'un pêcheur de truite par accident en deuxième catégorie. On s'y croirait! Et puis Bébert me rappelle un certain Robert. Bref, un bon moment de lecture!
Répondre
B
Très bel article, j'ai aussi longtemps hésité à passer aux LS, mais j'avoue qu'après le toc à la nymphe, c'est devenu une technique qui m'apporte beaucoup de prises de toutes tailles notamment avec des petits shads et d'imitation vers
Cordialement
Répondre

PICO 92 - Pêche sportive aux leurres à Paris, la Seine

Ce blog est consacré a ma passion, la pêche d'un poisson fabuleux, le sandre ! Et a une technique exaltante, la pêche aux leurres souples ! Ce blog a été créé pour faire partager ma passion pour la pêche du sandre aux leurres souples et de faire découvrir la pêche sportive, mais aussi d'en faire un lieu d’échanges et de conseils. Mon secteur de prédilection, Paris et la Seine...

Liens


Si vous avez aimé ce blog, vous aimerez surement l'esoxiste.com : http://esoxiste.com/

Archives

Suivez-nous...



Admin